Rebecca Le Calvez
EMDR et Naturopathie 
Rebecca Le Calvez
EMDR et Naturopathie 

EMDR DSA avec Rebecca Le Calvez Praticienne EMDR, Naturopathe et Réflexologue à Tours

L'accompagnement en EMDR

 

 

 

L'EMDR: Ou comment digérer les émotions perturbantes

 

La méthode EMDR repose sur la stimulation alternée de chaque hémisphère cérébral par le biais de mouvements oculaires, de stimulations tactiles ou sonores, alors même que la personne se reconnecte à l’évènement traumatisant par la pensée ou la verbalisation.

 

Ce balayage des yeux ou stimulations alternées de gauche à droite ont pour effet de stimuler la zone du cerveau où sont retenus les souvenirs traumatiques ou perturbants et dans laquelle sont stockées les émotions.

Ce processus va rendre possible  le déblocage des souvenirs négatifs et aider le cerveau à traiter l’expérience pour qu’elle soit digérée.

 

Cela va permettre de dissocier le souvenir traumatisant de la souffrance qui en découle. Au fur et à mesure, la situation perdra son caractère purement négatif et deviendra un simple souvenir avec lequel la personne réussira à prendre de la distance.

Il est possible de dire que c’est un véritable travail de « digestion émotionnelle » et de cicatrisation psychique.

 

Souvent la question que l’on se pose est la suivante : Ai-je réellement subi un traumatisme ?

Il n’y a pas de vrai ou faux traumatisme. Il y a ce que vous vous avez vécu. Un choc émotionnel, une situation néfaste, désagréable et dont le souvenir perdure dans le temps sans que cela ne puisse être classé en expérience aidante. J’ai l’habitude de parler d’une situation pour laquelle il y a un avant et un après et qui laisse perdurer une émotion négative, un mal être ou même la mise en place d'un changement comportemental face à certaines situations.

 

L'EMDR s’adresse donc à toutes les personnes souffrant de souvenirs négatifs ou ayant subi des chocs émotionnels (enfance perturbée, divorce, maladie, dénigrement, conflit, accident, deuil…) pouvant parfois entrainer des troubles comme la dépression, Burn out, syndrome dépressif, tristesse, crises d’angoisses, phobies, irritabilité ou encore addictions).

 

Aujourd’hui, l’EMDR est reconnue par de grandes instances (HAS ; OMS ; INSERM).

 

Déroulement d'une séance de thérapie EMDR

Les premières consultations EMDR prennent la forme d’entretiens pour préparer le patient au traitement. Leur nombre varie selon l’histoire du patient et sa capacité à s’autoapaiser en revivant des souvenirs douloureux. 

Ces séances de préparation ou aussi appelées “séances de stabilisation” se déroulent ainsi :

 

  • Nous évaluons ensemble les troubles et déterminons s’ils sont compatibles ou non avec la thérapie EMDR ;je m'’informe et recueille votre histoire. Je vous écoute et nous échangeons sur votre vécu, vos attentes, puis je vous prépare en vous expliquant les caractéristiques de la thérapie EMDR et en vous donnant des techniques de relaxation.

 

Les séances de traitement EMDR démarrent lorsque nous jugeons que vous êtes prêt à entamer ce travail . Je vous aide alors à repérer le ou les événement(s) restés bloqués dans votre système nerveux et qui vous apportent encore des réactions émotionnelles négatives.

Une fois un souvenir ciblé, je vous fais effectuer des séries de mouvements des yeux, de droite à gauche, ou des simulations bilatérales alternées tactiles (souvent des tapotements alternés sur les genoux). Les séries, d’environ une minute, libèrent les émotions bloquées et permettent au cerveau de traiter différemment l'événement retenu.

Je vous demande ce qui vient dans l’ici et maintenant de la séance. Une autre série de SBA (stimulations alternées) a lieu, suivie d’un échange, et ainsi de suite. Ces stimulations se poursuivent jusqu’à ce que les émotions négatives soient neutralisées et que l’événement puisse être associé à des pensées plus positives.

Il s'agit à ce moment d'ancrer la ressource positive. 

La séance prendra toujours fin sur un moment de relaxation et d'apaisement.

 

Par exemple :

  • face à un souvenir angoissant et associé à l’idée « c’est de ma faute, je n’ai pas fait ce qu’il fallait », il convient d' atteindre une nouvelle perspective de ce souvenir, un ressenti calme et apaisé, associé à l’idée : « Ce n’était pas ma faute, j’ai fait de mon mieux » ;
  • pour un souvenir douloureux générant de la honte et avec la pensée « je ne suis pas quelqu’un de bien », la fin de traitement est déterminée par l’ancrage d’un sentiment de libération intérieure, désormais relié à une pensée affirmée et convaincue : « Je suis suffisamment bien comme je suis. »

​​​​​​​

Sentez vous libre de me contacter pour en parler !

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.